mardi 6 décembre 2016


La maison VII est une source inépuisable de travail, c’est ici qu’on passe le test décisif de notre développement personnel car toutes les autres maisons en découlent, et c’est le lieu de toutes nos projections. En Maison VII, on arrive aux polarités avec les signes opposés de l’hémisphère nord. La maison I, le je, est en face la maison VII, les autres en général, mais surtout les plus proches comme le(s) conjoint(s), les amis, les partenaires, mais aussi les ennemis. Ceux de la vie amoureuse sont en maison V, ici il s’agit de contrats. On a élargit à la notion à d’autres, mais pas n’importe lesquels, ceux qu’on a “choisit”.
C’est la partie intérieure de nous même, celle à laquelle nous n’avons pas accès et que nous projetons sur les autres (99° de ce qu’il y a dans notre cerveau est inconscient).   Aussi cela nous décrit mais aussi notre partenaire, nos préférence en matière d’association.
Si vous avez beaucoup de planètes en secteur VII, ce sont des moteurs d’évolution.
Vous devriez apprendre des autres, partager avec les autres, vous occuper des autres. Il s’agit de rapports qui doivent être à égalité de coopération, d’association.
Nous apprenons ici  à partir de nos projections : plus nous nous approprions nos planètes, plus nous progressons et, comprenons ce que le partenaire apprend sur nous L’autre dit de nous ce que nous ne voyons pas en nous, ou fait ce dont nous ne nous sentons pas capable et que nous lui attribuons ; en le choisissant, nous cooptons quelqu’un qui nous ressemble, il s’agit de partenaires qui nous renvoient un miroir de nous-même. Nous attirons, donc ce dont nous avons besoin pour évoluer. Il s’agit d’une partie qu’on délègue par procuration, ce qui est souvent, le cas des épouses et des compagnes (les fans, les groupies). C’est la raison pour laquelle lorsqu’on évolue, on peut repousser ses partenaires de vie.
Si vous avez le nœud nord en maison VII : “vous êtes mon but de vie, je suis là pour vous. Je suis à vous, je ne peux rien faire sans vous.”
Avec les planètes comme le Soleil, Vénus, Mars  qui sont le maitre de la maison I et de la maison 7 symbolique), il faut équilibrer avec la maison I, le Moi,  car avec le Soleil dans la maison VII «je rayonne quand je suis en relation », avec Vénus en maison VII, vous ressentez l’autre, ses besoins, ses sentiments, cela peut-être fatiguant, avec Mars vous êtes en compétition.
La planète Mars dans un secteur indique toujours que le sujet doit prendre des initiatives dans les affaires de ce secteur pour l’ordonner, le rendre positif, mais en cas de passivité, que les événements l’obligeront à subir les initiatives des autres, dans les deux cas, cela veut dire qu’il y a un désordre et que quelqu’un doit rétablir l’ordre.
Mercure dans le secteur VII amène un parfum de  Gémeaux (l’éternel adolescent) : “j’aime parler, faire du shopping, voyager, bouger, j’ai besoin de stimulations, j’ai besoin d’un partenaire intelligent, ce qui m’ennuie ce sont les gens trop tranquilles. Mon épouse est pointue, elle fait face à tout. J’aime les femmes très jeunes”.
Uranus en secteur VII vous donne des partenaires bizarres, originaux : vous êtes là pour inventer des nouvelles façons d’être en relation. Des partenaires qui sont là un jour, partis le lendemain, aimant un jour, froid le lendemain. Il y a toujours cette instabilité. Uranus, cela peut aussi vouloir dire que vous avez rencontré votre partenaire sur internet, ou d’une manière originale. Cela veut dire  aussi que vous n’êtes pas en contact avec votre Uranus, et combien vous êtes diffèrent des autres et, vous projetez sur les autres combien ils sont géniaux, mais c’est vous qui l’êtes aussi, sans le savoir. Vous devez arrêter de penser à ce que les autres pensent de vous, croient de vous, et  pensez par vous-même, sortir du rang et, vous attirerez des gens qui vous montreront comment être vous-même. Si vous avez le signe du Verseau, vous pouvez tomber sur des gens romantiques : vous avez un partenaire qui ouvre votre esprit.
Pluton dans la maison VII, est “mon partenaire essaie de me transformer” si je comprends cela et, que j’accepte que ce soit le but de mon incarnation, je peux l’accepter et, comprendre que ce n’est pas lui le responsable de mes problémes personnels car j’ai besoin de changer, je dois puiser très profond. Aussi j’ai une réalité très intense, dans cette relation. Il faut que celui qui a cette planète, accepte de le voir. Il peut être très définitif dans ses détestations, exigeant et destructeur de tous les liens, qui peuvent tisser sa vie, qu’ils soient sociaux ou personnels, d’autant qu’il attire des êtres qui lui ressemblent.
En secteur VII, le karma fonctionne à plein, c’est l’épreuve de l’entrée dans l’hémisphère relationnel, le seuil qui met en contact avec la suite, puisque toutes les maisons sont ici reliées par le même but : vivre ensemble pour en tirer un apprentissage et d’éventuels gains car on ne peut vivre seul.
En maison VII, les planètes lentes Saturne, Uranus, Neptune, Pluton, le nœud nord,  la lune noire indiquent l’idée d’une certaine destinée, une partie de notre programme de vie, qu’il va falloir travailler sur ces indications avec plus d’ouverture de conscience et moins de projections.
Ainsi, l’astrologie montre où ça fait mal, mais s’il faut le savoir, il ne faut pas se sentir fautif de ce contexte qui est notre ADN astrologique.
On peut facilement comprendre que malgré notre besoin d’être heureux en couple, en association, nos ancêtres sur plusieurs générations nous aient légué une peur primaire, qu’eux mêmes avaient reçus de leurs ancêtres : celles des guerres, des migrations, des souffrances.
Certains aspects remontent très loin dans notre clan familial. Le comprendre c’est déjà faire un pas en avant. A cause des guerres où la plupart des jeunes hommes ont disparu, il y a des familles où les femmes marquées par ces deuils ont transmis l’idée “qu’il ne faut être forte, ne pas compter sur les hommes pour vivre”, ceci n’est pas propice à une vie de couple, puisque par fidélité au clan des femmes, l’idée se perpétue, ce qui fait que les épouses portent la culotte, ou bien, décident de ne pas se marier ce qui revient au même pour les fils qui deviennent faibles. (lire “Sans père et sans parole” de Didier Dumas).
Pour les hommes, (avant les progrès de la médecine, sommes toutes récents, et encore pas dans tout les coins du monde) cela peut-être : “l’amour fait mal, il ne faut pas aimer les femmes car elles meurent en couche, ce sont des êtres fragiles qui font souffrir, il faut éviter l’enfant qui mettra la mère en danger”. La femme devient une source d’angoisse. Les hommes ont appris à fuir la maternité…N’est-ce pas aussi une cause la cause de la mise à l’écart des femmes dans les religions, qui a fait préférer l’homosexualité à certains. Tout cela se sont des expériences de maison VII…

*La maison VII est équivalente au signe de la Balance dans le zodiaque type, elle est masculine, yang, et d’air, tandis que le bélier est de feu. Elles sont angulaires,  correspondent aux signes cardinaux, qui initient des actions.
D’après l’ astrologues Humaniste C. Drouaillet, la transgénalogie de Salomon Sellam, Catherine Gestas et Martine Barbault,  psycho-astrologues.


http://versusconformita.livehost.fr/2016/12/04/le-couple-la-maison-7-reflet-des-fidelite-et-le-reflet-des-fidelites-familiales-inconscientes/



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire